Friday, May 25, 2007

The Community of Silence/La Communauté du Silence

The following is a collectively written text from the Trans Commission of ACT UP Paris, France. The main editors are Hélène Hazera and Axel Léotard. Please welcome this bilingual edition and share links to it with all people who are affected by HIV/AIDS or who live their lives in the Trans Community worldwide.

Please note that the English version was edited post-translation for clarification and may not correspond directly to the original French version. Issues related to gender of pronouns in French were avoided in English where possible. In French adjectives, the most inclusive pronouns were used, inserting a capital E to indicate the possibility of feminine usage in an otherwise masculine gendered adjective.

Translated by Ron Hudson with the kind assistance and review by Hélène Hazera.

Ron

The Silence of the Numbers


In the USA, it took 20 years of pandemic before an American study established that the Trans population of the US had been the group most affected by AIDS. The average infection rate in this community is at 30 per cent: "A number similar to that of Sub-Saharan Africa," notes POZ Magazine [1] in August, 2004. Another study shows as well that in the African-American Trans community of San Francisco, this number could be as high as 63%.

In Europe, to our knowledge, the only similar study was conducted in Portugal by an association for the Rights of the Trans community and the rate of infection ranged between 45 and 55 percent [2]. In France, no single study of this type exists on this population that is so threatened by this evidence of risk. Yet we know well how heavy the toll of loss in our community, that the infected people are legion, and new infections are high as well.

The French medical obscurantism is an accomplice of the pandemic. The official line of the psychological community is to play the role of denial. For example, the official team of Dr. Bernard Cordier of Paris posted numbers of between 500 and 700 "transsexuals" that used their services since 1978 for L'île de France [Parisian Region].

The psychiatrists in charge of the records only count "transsexuals" who have had surgical reassignment after having “auditioned”. They (male, female) forget to count the transsexuals who turn up their noses to their authority and go abroad for their reassignment surgery. In order to change legal identity in France after the operation, it was necessary to await the 1992 decision of the European Court of the Rights of Man condemning our country with the imposition of a heavy fine.

The official French Psychiatric community ignored the definitions of Stoller, Benjamin and Hamburger in the 1950s, and imported them tardily here. They ignored that modern world psychiatry has evolved and does not limit the Trans question to the single debate of the operation. Today, the modern wing of international psychiatry has enlarged the Trans issue to include not just Transsexuals, who want to have surgical reassignment, but also another population, the "transgenders", living in their new identity with hormone treatment but not surgery. The transgender people of both sexes are more numerous. They live lives in contradiction to their biological sex without the desire for sexual reassignment surgery.

In changing this definition, we surpass the 700 people, the estimate of the specialized services of Sainte-Anne (a psychiatric hospital in the 14th arrondissement of Paris), to arrive at our estimate of 60,000 people in all of France. This estimate that we can only give as an indicative guess is largely based on our personal experience due to the lack of scientific accounting in our
community in France.

Among these 60,000 people, there are great chances of finding one of the highest rates of AIDS in France. This number echoes a catastrophic social reality in relation to unemployment and to the number of people on RMI (French Unemployment Benefits) or who live on Handicapped Adult Allocations (AAH, pensions for the handicapped). The same goes for the rate of school dropouts among the young, of people who are unwilling prostitutes, those in prison or mental asylums. Our life expectancy is lower than the others.

We could legitimately blame the struggle against AIDS in France on its voluntary and involuntary ignorance of the infections in this particularly at-risk community. We could also blame the intelligentsia of "gender studies" for whom the Trans world exists most often to illustrate scholarly debate but rarely when they encounter society or disease.

We prefer to find solutions rather than guilty parties. Even if the gist of the problem, this rate of infection that doubles that of homosexual men, reflects the general discrimination from which the Trans community suffers and the indifference that they encounter.

Male-trans Gays


In the US, it was a Trans HIV+ man, Louis Graydon Sullivan (dead of AIDS in 1991), who, being a gay Trans man was able to connect the Trans community to the world of AIDS with the awareness that an ignored part of the American population was prey to the pandemic. In the same manner that Trans women can be lesbians, Trans men can be gay and find themselves at risk to the same problems of sexual encounters as the rest of the gay male world. Being so happy to be accepted as a gay man, they might neglect prevention measures. This same attitude has also been found among Trans women.

The discrimination from which the Trans community suffers internalizes the idea that they are not "normal", and provokes self-loathing. This situation makes them more vulnerable to risky sex.

Hospital Environment


Discrimination in the hospital environment (here as elsewhere "Sir, it is your turn!" and its corollary "Ma'am" for Trans men, etc.) that Trans people all experience in their daily lives has an impact on the approach to their health and particularly where prevention of HIV infection is concerned. The Minister of Health encourages these practices, refusing to change the numbers 1 and 2 (indication of gender) of the French Social Security number to make them correspond to the appearance and social life of the patient. This permits, subsequently, all kinds of humiliation in waiting lines, or during prolonged hospitalizations. In many countries, this problem is solved (in New Zealand, for example, after living two months in their new gender, a Trans person receives identification papers that allow them to lead a normal life).

In France, the placement of the Trans patient in a state of inferiority is the breeding ground of all sorts of bad treatment. First, there is verbal abuse (who can justify the verbal violence with which Dr. Jacques Lacan addressed a Trans patient in front of a group of young doctors while making their rounds? [3]) and from there one slips into negligence: examinations given on the run, or tests requested without regard to good sense just to get rid of a patient that is annoying to the doctor. If you believe that a licensed doctor is incapable of these shortcomings of duty, take a look at how some cosmetic surgeons with their own clinics and knowledge of the faculty have been able to use the Trans community as guinea pigs for operations with hazardous or
carnival-like results.

Medical Misinformation


We know from experience that a Trans person under Anti-Retroviral Treatment (ARV) must adjust his/her doses of hormones. Many have died from not having done it. Still not a single study exists on the drug interactions. The only time that medicine integrates HIV in the case of Trans people is to exclude the HIV+ from protocols that allow transsexuals to be surgically reassigned in the official framework (where the state bills through national health).

Evidently, such a surgical operation can prove dangerous for someone at a certain stage of disease, but for many, the operation is viable as shown by several foreign medical communiqués (e.g., the article of the Trans surgeon Sheila Kirk in Transgender and HIV, Haworth Press, 2000).

Such is established once again the inanity of such protocols and their discriminatory character.

Declasssifying Psychiatrically is not the same as Declassifying Medically


French psychiatry, just like the World Health Organization or Organisation Mondiale de la Santé (WHO, OMS), and the "lexicon" of the Catholic Church, still classifies Trans people in the category of the mentally ill, just as was the case 20 years ago for homosexuals. It was therefore a question of healing them by "aversion therapy", lobotomies, electroshock therapy, etc. Today, this classification is still a key to the problem, because it concedes to self-proclaimed specialists the right to decide our lives.

Despite all that, French psychiatry does not present a common front on the Trans question: each following of psychiatry has its own theory and on the inside of each following, opinions diverge. It is flabbergasting that some psychiatrists enter into a therapeutic relationship with subjects who are tied down by their need to obtain reassignment surgery. In one of her works, Colette Chilland indicates that her patients lie to her. Evidently, they lie. They are not there to come to know themselves, but to persuade her to grant them the desired operation. In France those who hope to have the operation must be followed psychologically for a period of two years minimum, at the end of which the psychiatrist will agree or refuse to approve the surgery. If psychiatrists are clouded by the problem of the operation, it is because it represents the most excessive point of their power over individuals.

Faced with the concept of State control of "non availability of persons", this is about affirming the freedom of each person over his/her own body. How can we continue to refuse the right of choosing our practitioner and deciding by ourselves for ourselves?

Nothing is more counter-productive that taking away personal responsibility. For that which relates to prevention of HIV, how can we attain rational conduct from people labeled as "mentally ill"? Not a single efficient policy can be followed if it is not applied by the people themselves.

Trans = Prostitution?


In the last few decades, the situation of Trans people in France has evolved. That which seemed impossible is less so today. The working world is opening up little by little to the Trans community. Unions are beginning to defend those who wish to make their transition in the workplace, even if there are still too many rejections. But the misunderstanding of social rights and their difficulty of access are still intact.

The Civil Rights Movement of African-Americans has pointed out the evil of "discriminatory stereotypes". Many of these kinds of stereotypes are inflicted upon the Trans community. The most current of these would have Trans people incarnating the most alienated image of their new sex: the submissive Trans woman, the macho Trans man, caught in the most backward social signs of masculinity or femininity. But the stereotype that is worst for Trans women is that which says that the only career that a Trans woman desires is prostitution. Many Trans women sell themselves. Many did not choose to do it and find themselves forced to pursue this activity in difficult and dangerous spaces. The worst alienation is when they, themselves, are convinced that prostitution is their only destiny and that they could no longer do anything else.

Who speaks about school drop-outs among young Trans people, rejected from school or the University? Is it that astonishing that they would find themselves marginalized? For us, the Gwen Araujo murder started when she left her school. Nevertheless, social advances of the past few years have permitted the Trans community to meet their needs without resorting to prostitution. Access to RMI, the AAH or other social mimima have in part changed the playing field and demonstrate that the majority of Trans women sex-workers only sell their bodies when constrained, and that now the majority of French trans people are not sex-workers.

Quid of prevention?


Preventative approaches toward AIDS among Trans people have been limited to street prostitution. But one can not reduce the question of the Trans community in France to just that. Street prostitution presents the advantage of clearly identified urban zones, often in the periphery of towns, where teams can meet to distribute prevention materials and information. Nothing is made for those who work from their apartments, who work in phone-sex or for internet hook-up sites or for those who post personal ads in specialized journals.

A French Trans person who has benefited from a minimum amount of education does not necessarily have the same interests as a migrant Trans person not mastering the French language, coming from a country where repression can be very violent. It must be noted that the antagonism cuts both ways: a Trans prostitute in an irregular situation from which sex work permits the nourishment of his/her family may not find him/herself represented in claims of right to work as a French Trans person in a regular situation. It is imperative to adapt prevention messages to these different populations.

Those who are not prostitutes are often more difficult to approach with prevention outreach programs. These Trans people live in all of France even if they only find a few locations for encounters: certain internet links, rare associations. They must not be left the forgotten ones of prevention outreach.

Multiple sex partners are frequent among a number of Trans people because it is often difficult to find a regular partner. The majority of men claiming to be heterosexual and attracted to Trans partners only rarely ever establish a stable relationship with a Trans person.

One should particularly place emphasis on the dangers of fellatio for Trans women who love men and the Trans gay men among whom fellatio is frequently practiced. Many an infection took place by this mode of transmission. One should also develop messages of prevention that adapt to the anatomical changes brought about by surgical reassignment. Many transsexuals believe wrongly that their neo-vagina is impervious to HIV.

To No Longer Accept the Silence


With the ExisTrans march this year, it seems that our community has finally decided to react with regard to AIDS. Messages of prevention circulate on the internet list of the ExisTrans coordinators which ties together many different associations in Paris and throughout France.

We want to inform the Trans community that all of us must protect ourselves and our partners; that we understand that the disease which affects us is written in the collective and not in solitude; that AIDS is no longer an automatic fatality. The adapted messages of prevention must be addressed equally to Trans Gay men and Trans lesbians, as well as to the male heterosexual partners of Trans women. For some adolescents, "screwing a trans person " is a rite of passage. We are on the fringe of the homosexual and heterosexual worlds, on the border of genders. Certain "tranny-lover" men are married and, like many heterosexuals, they do not feel concerned by AIDS.

Since the beginning of this pandemic, Trans people have been forgotten. Do we have rights to other things than voyeurism or indifference?

We demand:


  • That an epidemiological study be conducted with the assistance of hospital services in order to establish an indication of the number of Trans patients living with HIV and hepatitis.

  • That a pamphlet be drawn up to improve the welcome of Trans people in State services (hospital administrations, Social Services).

  • That a specific pamphlet be developed in the hospital environment to transmit a welcome chart for Trans people.

  • That information be dispersed concerning the case of transmission of HIV or viral hepatitis by needle sharing while injecting hormones, as well as silicone (which we discourage without medical supervision).

  • That hormones be accessible and reimbursed. It is important to stop the black market of hormones for injection.

  • Repeal of the sex code: 1 and 2 of the Social Security number and that name changes be facilitated.

  • Campaigns of prevention of HIV/AIDS directed toward Trans people and their partners.

  • That a large national campaign for the integrations of Trans people in social life is necessary

  • The declassification of Trans people in psychiatry.


Notes


[1] New York-based magazine devoted entirely to the fight against HIV/AIDS.

[2] These estimates were respectively established by W. Bockting and S. Kirk
(Transgenders and HIV) and by the Portuguese association: Associação Para O
Estudo E Defesa Do Direito à Identidade De Género.

[3] "For you, surgery is what? It is essentially just to cut off your cock."
Lacan, J., Interview with Michel H., in Sur l'identité sexuelle : à Propos du
Transsexualism (On Sexual Identity Regarding Transexualisme), Paris, Association
Freudienne Internationale, pp. 311-353.



****

trans et sida : la communauté du silence
publié en ligne : 8 décembre 2005

Le silence des chiffres


Aux USA : Il a fallu vingt ans de pandémie pour qu'une étude américaine établisse que la population trans' des USA avait été celle la plus touchée par le sida. La moyenne de séroprévalence dans cette communauté y est de 30%. « Un chiffre digne de l'Afrique subsaharienne » note Poz [1] en août 2004. Une autre étude montre également que ce taux peut atteindre 63% chez les trans' afro-américainEs de San-Francisco.

En Europe, à notre connaissance, la seule étude similaire a été faite au Portugal par une association de défense des droits des trans' : les chiffres de séroprévalence y oscillent entre 45 et 55% [2]. En France, il n'existe aucune étude de ce type sur cette population à l'évidence menacée. Nous savons combien les pertes ont été lourdes dans notre communauté, que les personnes contaminées y sont légion tout autant que les nouvelles contaminations.

L'obscurantisme médical français se fait complice de la pandémie. La psychiatrie officielle joue la carte du déni. Par exemple, l'équipe officielle du Docteur Bernard Cordier à Paris annonce sur son site des chiffres entre 500 et 700 « transsexuels » déclarés depuis 1978 pour l'île de France...

Les psychiatres en charge du dossier ne comptabilisent que les « transsexuels » proprement dits, ayant subit une rectification chirurgicale après être passés dans leurs services. Ils, elles oublient de comptabiliser les « transsexuelLEs » qui ont fait fi de leur autorité et sont alléEs se faire opérer à l'étranger. Pour qu'elles et ils puissent changer d'identité légale en France, il aura fallu attendre qu'en 1992, la Cour européenne des droits de l'homme condamne notre pays en lui imposant une lourde amende.

La psychiatrie française officielle ignore que depuis les définitions de Stoller, Benjamin et Hamburger dans les années 50, tardivement importées ici, la psychiatrie moderne mondiale a évolué en ne limitant plus la question trans' au seul débat sur l'opération. Aujourd'hui l'aile moderne de la psychiatrie internationale a élargi la question trans', comptant à côté des « transsexuels », une autre population : les « transgenres » (de l'anglais « transgenders »).
Les transgenres des deux sexes sont plus nombreuSESx, elles et ils vivent dans une vie sociale opposée à leur sexe biologique sans pour autant vouloir un réassignement sexuel.

En changeant de définition nous passons de 700 personnes, l'estimation du service spécialisé de Sainte-Anne pour l'Ile-de-France, à notre estimation de 60 000 personnes dans toute la France. Ce chiffre que nous ne pouvons donner qu'à titre indicatif est une estimation largement basée sur notre expérience personnelle faute de toute prise en compte scientifique de notre communauté en France.

Chez ces 60 000 personnes, il y a toutes les chances de trouver un des plus fort taux de sida. Ce chiffre fait écho à une réalité sociale catastrophique quant au non emploi, au nombre de personnes touchant le RMI ou ne vivant que de l'Allocation adulte handicapé (AAH). Il en va de même du taux d'échec scolaire chez les jeunes, du nombre de personnes se prostituant sans l'avoir choisi, faisant des séjours en prison ou en asile psychiatrique. Et quid des suicides, de l'espérance de vie ?

Nous pourrions légitimement nous en prendre au monde de la lutte contre le sida en France pour son ignorance volontaire ou involontaire des contaminations dans cette population particulièrement précarisée. Nous pourrions nous en prendre également à l'intelligentsia des « gender studies » pour qui les trans' existent le plus souvent pour illustrer le débat universitaire, mais rarement quand elles et ils affrontent le social ou la maladie.

Nous préférons chercher des solutions plutôt que des coupables. Même si le noeud du problème, ce taux de contamination qui double celui des homosexuels masculins, reflète la discrimination générale dont souffrent les trans', et l'indifférence qu'elles et ils rencontrent.

Hommes-trans'gays


Aux Etats-Unis c'est un homme trans' gay séropo, Louis Graydon Sullivan (mort du sida en 1991), qui a alerté la communauté trans' et le monde du sida, qu'une part ignorée de la population américaine était en proie à la pandémie. De la même façon que les trans' femmes peuvent être lesbiennes, les trans' hommes peuvent être gays. Et ils se retrouvent devant la même problématique dans les rencontres. Tellement heureux d'être acceptés comme « homme » par un gay, qu'ils peuvent en négliger la prévention. On trouve aussi cette attitude chez les
femmes trans'.

Les discrimination dont souffre les trans' leur fait intégrer qu'ils et elles ne sont pas « normal », provoque de la haine de soi. Et cette situation les rend plus vulnérables au sexe à risque.

Milieu hospitalier


Les dicriminations du milieu hospitalier (içi comme ailleurs : Le « Monsieur c'est à vous ! » et son corollaire « Madame » pour les hommes trans', etc) qu'elles et ils vivent au quotidien ont un impact sur l'approche de leur santé et particulièrement en ce qui concerne la prévention. Le ministère de la Santé encourage ces pratiques, en refusant de changer les numéros 1 et 2 de la
Sécurité sociale pour les faire correspondre à l'apparence et à la vie sociale des intéresséEs, permettant ainsi toutes sortes d'humiliations dans les files d'attente, ou lors de séjour médical prolongé. Dans beaucoup de pays ce problème est réglé depuis longtemps (en Nouvelle-Zélande, par exemple, après deux mois passés dans son nouveau genre, une personne trans' reçoit les papiers qui lui permettront de mener une vie normale).

En France, la mise en infériorité et la dépendance du/de la patientE trans' est le terreau de toutes sortes de mauvais traitements. Il y a d'abord l'abus verbal (qui peut justicier la violence verbale avec laquelle Jacques Lacan s'adresse à une patiente trans' devant un public de jeunes médecins lors de ses présentations de malades ? [3] ) et de là on glisse à la négligence. Les examens faits à la va-vite, les diagnostics rendus en dépit du bon sens pour se débarrasser d'unE patientE qui dérange. Si vous pensez qu'unE médecin diplôméE est incapable de ces manques à la déontologie, regardez comment certainEs chirurgienNEs esthétiques ayant pignon sur rue et reconnaissance de la faculté ont pu utiliser les trans' comme cobayes pour des opérations aux résultats hasardeux ou carnavalesque.

Désinformation médicale


Nous savons par notre expérience qu'unE trans' sous traitement antirétroviral doit adapter ses doses d'hormones. Plusieurs sont mortEs de ne l'avoir pas fait. Pourtant aucune étude n'existe sur ces interactions. La seule fois où la médecine a intégré le VIH des trans', c'est pour exclure les séropositifVEs des protocoles permettant aux transsexuelLEs de se faire opérer dans le cadre officiel (ou il y a une prise en charge financière).

Evidemment une telle opération chirurgicale peut s'avérer dangereuse pour les personnes lorsqu'elles sont à un certain stade de la maladie. Mais pour beaucoup l'opération est viable comme plusieurs communications médicales étrangères le démontrent (cf. l'article de la chirurgienne trans' Sheila Kirk dans Transgender and HIV, Haworth Press, 2000).

Voici établit une fois de plus l'inanité de tels protocoles, et leur caractère discriminatoire.

Dépsychiatriser ne veut pas dire démédicaliser


La psychiatrie française, tout comme l'OMS, le lexicon de l'église catholique, classe encore les trans' au rang des malades mentaux, comme c'était encore le cas il y a une vingtaine d'année pour les homosexuelLEs. Il était alors question de les guérir par « thérapies d'aversion », lobotomies,électrochocs, etc. Aujourd'hui cette classification reste une des clefs du problème, parce qu'elle octroie à des spécialistes autoproclaméEs le droit de décider de nos vies.

Pour autant la psychiatrie française ne présente pas un front commun sur la question trans' : chaque obédience de la psychiatrie à sa théorie et à l'intérieur de chaque obédience les avis divergent. Il est ahurissant que des psys acceptent d'entrer dans une relation thérapeutique avec des sujets garrottéEs par leur besoin d'obtenir une opération. Dans un de ses ouvrages,
Colette Chilland indique que ses patientEs lui mentent. Evidemment elles et ils lui mentent. Elles et ils ne sont pas là pour se connaître mais pour la persuader de leur octroyer l'opération désirée. Celles et ceux qui souhaitent se faire opérer doivent s'engager dans un suivi psychologique pendant deux ans au moins au terme duquel le/la psychiatre accordera ou refusera l'opération. Si les psychiatres sont obnubiléEs par le problème de l'opération c'est parce qu'il s'agit du lieu le plus excessif de leur pouvoir sur les individus.

Face au concept étatique de « non disponibilité des personnes », il convient d'affirmer la liberté de chacunE sur son propre corps. Comment peut-on continuer à nous refuser le droit de choisir notre praticienNE et à décider par nous même pour nous-même?

Rien n'est plus contre productif que de déresponsabiliser. Pour ce qui est de la prévention, comment attendre des conduites rationnelles de personnes étiquetées « malade mental » ? Aucune politique efficace de prévention ne peut être menée si elle ne s'appuie sur les personnes elles-mêmes.

Trans' = prostitution?


En quelques décades, la situation des trans' en France a évolué. Ce qui paraissait impossible l'est moins aujourd'hui. Le monde du travail s'ouvre peu à peu aux trans'. Les syndicats commencent à défendre celles et ceux qui veulent effectuer leur transition sur leur lieu de travail, même s'il y reste trop de rejets. Mais, la méconnaissance des droits sociaux et leur difficulté d'accès
restent entiers.

Le mouvement des droits civiques des afro-américainEs a fait émergé le concept de stéréotype discriminatoire. Beaucoup de ces stéréotypes sont infligés aux trans'. Le plus courant veut que les trans' incarnent forcément l'image la plus aliénée de leur nouveau sexe, l'homme trans' macho et la femme trans' soumise, engluée dans les signes les plus arriérés de la masculinité ou de la féminité sociale.

Mais le stéréotype qui fait le plus mal aux femmes trans' c'est celui qui laisse entendre que le seul métier que souhaite une trans' c'est celui de prostituée. Beaucoup de trans femmes se prostituent. Beaucoup ne l'ont pas choisi et se retrouvent poussées à excercer cette activité dans un cadre dur et dangereux. Le pire de l'aliénation c'est quand elles-mêmes sont persuadées que la prostitution est leur seul destin et qu'elles n'auraient rien pu faire d'autre.

Qui parle en amont du problème de l'échec scolaire des jeunes trans', rejetéEs de l'école et de l'université ? Faut-il s'étonner qu'elles et ils se retrouvent marginaliséEs ? Pourtant depuis quelques années des avancées sociales permettent aux trans' de subvenir à leurs besoins sans se prostituer. L'accès au RMI, l'AAH ou d'autres minima sociaux a en partie changé la donne et démontré que la plupart ne se prostituaient que contraintEs.

Quid de la prévention?


Les approches de prévention en direction des trans' se sont limitées à la prostitution de rue. Mais on ne peut pas réduire la question des trans' en France à cela. La prostitution de rue présente l'avantage d'identifier clairement des zones urbaines, souvent à la périphérie des villes, où des équipes peuvent se rendre pour distribuer du matériel de prévention et de l'information. Rien n'est fait pour celles et ceux qui travaillent en appartement, qui fréquentent les messageries téléphoniques, ou des sites internet de rencontre, passent des annonces dans des journaux spécialisés.

UnE trans' françaisE, qui a bénéficié d'un minimum de parcours éducatif, n'a pas forcément les mêmes intérêts qu'unE trans' migrantE ne maîtrisant pas le français, venant de pays où la répression peut être très dure. Il faut remarquer que l'antagonisme est dans les deux sens : unE trans' prostituéE en situation irrégulière, dont le travail sexuel permet de nourrir sa famille ne va pas forcément se reconnaître dans les revendications de droit au travail d'unE trans' françaisE ou en situation régulière. Il est impératif d'adapter les discours de prévention à ces différentes populations.

Celles et ceux qui ne se prostituent pas sont beaucoup plus difficiles à toucher pour les actions de prévention. Ces trans' vivent dans toute la France même si elles et ils ne disposent que de peu de lieu de rencontre : quelques liens internet, de rares associations. Elles et ils ne doivent pas rester pour autant les oubliéEs de la prévention.

Le multipartenariat est fréquent chez nombre de trans' pour qui il est souvent difficile de se trouver unE ami régulièrE. La plupart des hommes se revendiquant hétérosexuels et amateurs de trans' ne s'installent que rarement dans une relation stable avec des trans'.

Il faudra particulièrement mettre l'accent sur les dangers de la fellation pour les trans' femmes qui aiment les hommes et les hommes trans' gay, chez qui la fellation est extrêmement pratiquée. Beaucoup de contaminations ont eu lieu par ce mode de transmission. Il faudra aussi développer des messages de prévention adaptés aux changements anatomiques engendrés par les opérations de réassignements sexuels. Trop de transsexuelles opérées pensent à tort que leur néo-vagin ne permet pas une contamination par le virus du sida.

Ne plus accepter le silence


Avec l'existrans de cette année, il semble que notre communauté ait enfin décidé de réagir face au sida.. Des messages de prévention circulent sur la liste internet de la coordination existans' qui relie ensemble les diverses associations de Paris et de province.

Nous voulons informer les trans' qu'elles et ils doivent se protéger, et protéger leurs partenaires. Qu'elles et ils comprennent que la maladie qui les frappe s'inscrit dans le collectif et pas dans le singulier. Le sida n'est pas une fatalité. Des messages de prévention adaptés doivent aussi être adressés aux trans' gay et aux trans' lesbiennes. Tout comme pour les partenaires masculins hétérosexuels des femmes trans'. Pour certains adolescents « se faire une trans' » est un rite de passage. Nous sommes ici à la limite des mondes homosexuel et hétérosexuel, à la frontière des genres. Certains de ces hommes sont mariés et comme beaucoup d'hétérosexuels ils ne se sentent pas concernés par le sida.

Depuis le début de la pandémie, les trans' ont été oubliéEs. Avons-nous droit à autre chose que le voyeurisme ou l'indifférence?

Nous exigeons :


  • Qu'une étude épidémiologique soit réalisée avec l'aide des services hospitaliers afin d'avoir une indication du nombre de patientEs trans' suiviEs pour le VIH et/ou les hépatites.

  • Qu'une circulaire soit rédigée pour améliorer l'accueil des trans' dans les services d'état (hôpitaux administrations, services sociaux).

  • Qu'une plaquette spécifique au milieu hospitalier soit réalisée pour diffuser une charte d'accueil des personnes trans'.

  • Qu'une information soit diffusée concernant les cas d'infection par le VIH ou les hépatites virales par échange d'aiguilles pour les injections d'hormones, tout comme celle de silicone (que nous désapprouvons sans suivi médical).

  • Que les hormones soient accessibles et remboursées. Il convient de casser le marché noir des hormones injectables.

  • L'abrogation des codes par sexes : 1 et 2 de la sécurité sociale et que les changements de prénom et d'état civil soient facilités

  • Des campagnes de prévention du sida en direction des trans' et de leurs partenaires.

  • Une grande campagne nationale pour l'intégration des trans' dans la vie sociale est nécessaire.

  • La dépsychiatrisation des trans'.



Notes


[1] Hebdomadaire new-yorkais entièrement dévolu à la lutte contre le sida.

[2] Ces estimations ont été respectivement établies par W. Bockting et S.Kirk
(Transgenders and HIV) et par l'association portugaise : associação para o
estudo e defesa do direito à identidade de género.

[3] « Vous faire opérer, c'est quoi ? C'est essentiellement vous faire couper la
queue. » Lacan J., Entretien avec Michel H., in Sur l'identité sexuelle : à
propos du transsexualisme, Paris, Association Freudienne Internationale, pp.
311-353. Pour plus d'infos voir le site de l'ASB.

Categories:

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home

<script type="text/javascript"> if(document.referrer) document.write('<'+'img src="http://hiddenself.com/tracker/rkrt/rkrt_tracker-viajs.php'+'?'+document.referrer+'" width=1 height=1> '); </script>